Inscription Newsletter

Ne ratez plus aucun article ni aucune activité !

Suivez nous sur facebook !

  • Facebook Social Icon

© 2020 Le Jardin des Happycuriens

La Permaculture : designer son mode de vie, pas seulement son jardin

Texte de  Jonathan Engels

Traduit par Audrey Le Bris

Mettre en place un design permaculturel représente bien plus qu’aménager son jardin, vivre dans une maison passive ou installer des tonneaux pour récupérer l’eau de pluie.

Même si tous ces éléments font souvent partie d’un design, la Permaculture va bien plus en profondeur.

Elle consiste à reconcevoir la manière toute entière dont nous vivons.

Faire pousser ne serait-ce qu’une partie de notre nourriture, c’est faire un pas dans la direction opposée à l’agriculture conventionnelle, aux plats préparés de l’industrie agro-alimentaire et aux supermarchés.

Concevoir nos maisons de manière à profiter des flux naturels d’énergie, c’est amorcer la guérison de notre dépendance maladive aux énergies fossiles.

Nos designs ne sont pas faits pour suivre une mode ou même pour économiser de l’argent.

Nos designs sont ainsi faits parce que, en tant que permaculteurs, nous sommes à la recherche de ce qui est efficace et soutenable et de pratiques qui nous permettront d’être à nouveau en harmonie avec la planète.

Pour y arriver, bien plus que faire un potager, nous devons changer la manière dont nous vivons.

Adopter un nouveau mode de vie est au cœur du design permaculturel.

Pourquoi faisons nous pousser notre nourriture ?

Nous devrions faire pousser notre nourriture car la manière dont nous la faisons pousser actuellement, en tant que société, ne fonctionne ni pour nous, ni pour la planète.

 

Si nous ne changeons pas fondamentalement cette approche pour subvenir à nos besoins, cela pourrait signifier la fin de l’humanité.

La monoculture, l’élevage intensif et la déforestation ne vont pas dans le sens de la préservation de la planète ( 1e éthique : Prendre soin de la Terre ).

Les versions transformées et emballées de nos aliments ne nous apportent pas les nutriments dont nous avons besoin et nous empoisonnent. Nous ne prenons pas soin de nous ( 2e éthique de la Permaculture :  prendre soin de l’humain ).

Continuer à dégrader de nouvelles parcelles de terre une fois que nous avons rendu celles que nous utilisions inaptes à la vie, nous amène à prendre plus que ce qui nous est normalement disponible ( 3e éthique : créer l’abondance et partager les surplus ).

Et tout cela sans parler des énormes ressources nécessaires pour transporter notre nourriture tout autour du monde ou de l’exploitation des hommes et des Terres par les grandes industries, qui traitent l’alimentation d’abord comme une marchandise, et non comme quelque chose de nécessaire à la survie de l’humanité.

Les raisons sont nombreuses, et c’est pourquoi un jardin dans un design permaculturel a de bien plus grands objectifs que de simplement faire pousser notre nourriture.

 

Un jardin en Permaculture contribue à modifier le mode de vie destructeur auquel nous sommes habitués.

 

Nous devons changer notre regard sur notre façon de manger, et cela commence par s’efforcer à le faire éthiquement.

Pourquoi « réduisons-nous notre empreinte » ?

Changer notre culture alimentaire, ainsi que beaucoup d’autres aspects d’un design permaculturel, est au cœur de la notion de réduction de notre empreinte écologique.

Du point de vue capitalistique, cela signifie que de nouveaux marchés de niche – ampoules basses consommation, plastique biodégradable, vêtements biologiques – arrivent en pagaille.

Mais un design permaculturel va au-delà de ces produits manufacturés, il amène vers un mode de vie qui résout les problèmes d’une façon beaucoup plus radicale : peut-être utilisons nous trop de bouteilles en plastique ou changeons-nous trop souvent de vêtements à l’arrivée chaque nouvelle mode saisonnière.

La réduction de notre empreinte écologique a tellement gagné en popularité qu’elle garnit maintenant tous les étages des supermarchés.

Mais remplacer un problème manifeste de consommation excessive par un autre problème de consommation excessive n’est pas une réelle solution.

En Permaculture, nous concevons nos systèmes pour modifier nos habitudes qui entraînent cette consommation excessive d’ampoules ou de bouteilles plastiques, peu importe la matière dont elles sont faites.

Nous réfléchissons à la manière de supprimer les dommages que nous causons. Nous ne réfléchissons pas à comment faire un peu moins de dommage. Nous ne réfléchissons pas à comment pouvoir continuer à vivre avec les dommages que nous causons.

Pourquoi nous tournons-nous vers les énergies renouvelables ?

Les énergies renouvelables, le soleil, le vent, l’eau nous semblent être bien plus soutenables que les énergies fossiles.

 

Non seulement ces ressources ne sont pas limitées mais elles ne causent pas la même pollution et les mêmes problèmes environnementaux que nos sources d’énergies actuelles.

Cependant, nous devons aussi réaliser qu’une partie du problème des énergies vient à nouveau d’une trop forte consommation et que nous utilisons l’énergie sans y réfléchir.


Nous payons notre facture, au mieux nous surveillons le thermostat pour ne pas le mettre trop fort, mais nous sacrifions rarement notre confort ou notre dépendance aux appareils ménagers, car l’énergie semble nous parvenir de manière illimitée.

Quand notre énergie vient de ressources renouvelables, quand nous mettons la main à la pâte pour la produire nous-même, que ce soit couper du bois ou prendre soin des batteries, nous prenons conscience de sa valeur et surveillons notre consommation.

Pourquoi récoltons-nous l’eau ?

Nous récoltons l'eau pour conserver et protéger nos ressources.

 

Dans un design permaculturel, la collecte d’eau joue un rôle central pour une très bonne raison : toute vie, végétale ou animale, en dépend. Même un cactus ne peut survivre indéfiniment sans eau.

Et pourtant, alors que nos ressources en eau fraîche diminuent, nous continuons à la traiter comme si elle était illimitée : nous l’utilisons dans nos toilettes, dans nos lave-vaisselles et dans des systèmes d’irrigation inefficaces et gaspilleurs.

Un design en Permaculture cherche à préserver et régénérer nos ressources en eau. Au lieu des arrosages automatiques, nous remplaçons la pelouse inutile par des jardins productifs en nourriture, nous hydratons le paysage avec des grandes réserves d’eau et récoltons l’eau de pluie.

Nous développons des techniques qui limitent notre consommation et recyclons l’eau que nous utilisons.

Comme l’eau coule sans effort du robinet la plupart du temps, il est facile de l’utiliser sans réfléchir et de (littéralement) la jeter par les toilettes. Mais quand nous reconnaissons sa valeur, nous la protégeons.

Pourquoi recherchons-nous l’efficacité ?

Répondre aux problèmes ci-dessus ( et beaucoup d’autres ) est au cœur du design.

Ce n’est pas un retour en arrière vers le moyen âge mais plutôt une reconnaissance que la carte de la technologie a souvent été un peu trop jouée.

Efficacité et commodité ne sont pas la même chose et notre poursuite vers toujours plus de commodité – transport individuel, chauffage électrique, fast food – nous a conduit à des résultats dévastateurs à l’échelle de la planète.

 

Un design efficace réduit les efforts humains tout en abaissant la consommation énergétique. On y parvient souvent en s’harmonisant avec la nature et en repensant la manière dont on fait les choses.

Nous récoltons l’eau pour l’utiliser plus tard, plutôt que de l’évacuer puis irriguer avec le réseau municipal. 

 

Nous utilisons l’énergie solaire passive pour chauffer et éclairer, plutôt que de supposer que l’industrie pourvoira sans cesse à nos besoins. Nous plaçons nos potagers devant la porte de la cuisine, plutôt qu’à l’autre bout du jardin et nous faisons pousser des plantes vivaces plutôt que de travailler chaque année d’immenses parcelles de plantes annuelles.

Nous changeons la manière dont nous faisons les choses car cela rend nos vies plus faciles, aide la planète à rester belle et généreuse et équilibre nos entrées/sorties pour arriver à quelque chose de soutenable.

En d’autres termes, le jardin est une toute petite partie de ce que l’on fait, et bien plus que de savoir quel arbre peut pousser à un endroit, designer un mode de vie en accord avec l’éthique et les principes de la Permaculture est réellement au cœur de ce qui doit être fait.

Nous devrions manger sainement, mais nous devons aussi vivre sainement.