Inscription Newsletter

Ne ratez plus aucun article ni aucune activité !

Suivez nous sur facebook !

  • Facebook Social Icon

© 2016 Le Jardin des Happycuriens

Vous débutez la Permaculture ? 7 points à garder en tête

Traduit par Audrey Le Bris

La Permaculture est une réponse concrète et puissante si votre but est de devenir plus soutenable. Adopter des techniques permaculturelles est une proposition très excitante, mais cela peut rapidement devenir un casse-tête si vous n’évitez pas les quelques erreurs courantes.

Découvrez les sept étapes qui vous aideront à réussir votre voyage permaculturel !

 

 

1. Commencez petit

         

Commencer petit vous évitera de grandes erreurs.

 

Prenez le temps d’apprendre, de tester, de comprendre ( est-ce que les mûres poussent sous mon climat ? comment je réussis mon compost ? ).

 

Ensuite, en vous basant sur cette expérience, vous pourrez agrandir, un petit pas à la fois, en toute confiance. Nous devons réapprendre la valeur des solutions petites et lentes.

 

En Permaculture, cela est crucial pour ne pas exploser en vol.

 

 

2. Respectez le rythme de vos saisons

 

          En Permaculture, notre objectif est de travailler avec la Nature, et non contre elle. Alors prenez en compte votre propre Nature. Travaillez en accord avec vos saisons intérieures, avec vos envies, votre énergie, vos ressources.

 

L’hiver peut être une saison plus adaptée à l’amélioration de l’empreinte carbone de votre habitation, en y effectuant des aménagements. C’est également un temps d’introspection, de planification. Un temps pour essayer de comprendre, pour lire ( ressortez vos catalogues de plantes !).

 

Quand l’hiver se métamorphose lentement en printemps, l’envie vous prendra peut-être d’accroître vos connaissances, de prendre le temps d’acquérir de nouvelles compétences, de prendre des cours, de communiquer plus.

 

Le printemps nous invite à un travail plus actif, auprès des animaux, au jardin, à l’entretien de votre forme physique.

 

L’été, notre attention est tournée vers l’extérieur, c’est la saison des vacances, des soirées dehors, des visites, des choses à voir… et finalement, pour beaucoup d’entre nous, l’été n’est pas la saison où nous travaillons le plus. C’est une période de maintenance, pendant laquelle nous laissons agir nos efforts du printemps.

 

L’automne nous aide à rassembler nos pensées et nos efforts, à renouveler notre engagement. Il est alors temps de récolter et de redonner à la terre ce qu'elle nous a donné.

 

 

3. Réfléchissez à vos objectifs

Prendre le temps de réfléchir à vos rêves, à ce que vous attendez de vos efforts permaculturels peut vous apporter la motivation nécessaire pour rapprocher ces rêves de la réalité.

 

Rédigez votre vision, couchez sur papier ce à quoi ressemblera votre vie, votre ferme, votre habitation ou votre jardin urbain dans 5 ou 10 ans. Quel est votre espoir en terme de services à la communauté, temps, connaissances, nourriture, joie ?

 

Pouvez-vous mettre en adéquation ce rêve avec le temps, les finances, l’espace, l’engagement dont vous disposez ?

 

Prendre un crayon et un papier apportera de la volonté à vos pensées. Dessinez, écrivez, même si ce n’est pas dans vos habitudes.

Comme pour la plupart des processus de planification, ce n’est pas le plan en lui-même qui est important, c’est l’engagement qui émerge de la planification qui est garant du succès.

​​4. Effectuez une analyse besoins / contraintes

          Cela sonne un peu intellectuel et c’est une étape malheureusement souvent négligée. Cela semble tellement facile, tellement évident, que beaucoup tombent dans le piège « je peux faire ça dans ma tête, pas besoin de faire ça formellement ».

 

En conséquence, les résultats et les contraintes de notre nouveau mode de vie soutenable ont souvent le goût de la surprise :

 

« Le chant du coq réveille nos voisins ! »

« Personne ne veut traire la chèvre tous les jours ! »

« Mon système de panneaux solaires a besoin d’une maintenance annuelle ! »

« Qu’est-ce que je vais bien faire de tous ces œufs ?! »

 

Evitez des mauvaises surprise, coûteuses et décourageantes, en prenant le temps d’analyser correctement toutes vos idées, de voir tout ce qu’elles impliquent réellement et si vous pouvez le gérer.

 

 

5. Planifier !

Vous reconnaissez-vous dans l’envie de tout faire, tout de suite ? Le jardin, les poules, les arbres fruitiers, le tas de compost en quelques mois ?

 

L’urgence combinée à l’excitation est la meilleure recette pour un burn-out et un abandon. A la place, planifiez. Ralentissez. Travailler un domaine, un effort à la fois.

 

Ce conseil illustre un principe très important de la Permaculture : « Concentrer les ressources ».

 

Quand nous plaçons notre temps, notre argent, nos compétences et nous concentrons sur un seul projet bien défini, il réussit. Mais quand nous nous éparpillons, quand nous dispersons notre énergie, il échoue.

Allouez des saisons et des années à des projets spécifiques, un à la fois.

6. Construisez l’interdépendance, pas l’indépendance

          Vivre une vie permaculturelle ne signifie pas que vous devez devenir un expert dans tous les domaines possibles ou que vous devez acquérir toutes les compétences nécessaires.

 

La Permaculture nous enseigne à créer des relations, que ce soit dans votre jardin ou dans votre communauté.

 

Echanger, acheter localement sont deux pistes pour construire votre interdépendance personnelle. Echanger vos compétences informatiques contre du babysitting, des pommes contre des oranges, rejoignez une AMAP, etc.

 

 

7. Vous n’avez pas besoin de devenir fermier !

 

          Identifiez vos compétences qui peuvent être positivement mises à profit dans un monde meilleur. Celui-ci a besoin de nombreux talents et, à part quelques rares exceptions, tous les métiers peuvent contribuer à guérir notre société.

 

Une amie pédiatre travaille avec des enfants qui ont des problèmes sensoriels. Elle partage son business model : afin de redonner à la communauté, elle a fixé un jour par semaine de consultations gratuites au téléphone. N’importe qui, n’importe où, peut l’appeler et recevoir de précieux conseils.

 

La connaissance est une ressource et partager cette ressource au profit de la communauté est aussi valorisant que de faire pousser des carottes !

 

Source : Permaculture institute