7 conseils pour augmenter vos récoltes

Traduit par Audrey Le Bris

La Permaculture cherche à maximiser les récoltes sur chaque surface cultivée.

 

Sans pour autant compromettre la santé des plantes, du sol ou des animaux qui interagissent avec le jardin, accroitre la production d’un site permaculturel est un des objectifs majeurs quand on en vient au design.

 

Bien sûr, maximiser les récoltes d’un tel jardin se fait uniquement dans le respect de l’éthique et des principes permaculturels – prendre soin de la Terre, utiliser moins de ressources, etc.

Car il ne faut pas oublier que maximiser les rendements est aussi la première motivation de l’agriculture industrielle.

Mais les méthodes pour atteindre cet objectif sont totalement destructrices : en privilégiant la monoculture, en faisant usage d’engrais chimiques et de pesticides - qui, même s’ils protègent la culture, ont des effets délétères sur les autres parties de l’écosystème - et en empiétant sur les espaces naturels dans la quête du toujours plus.

 

Dans un jardin permaculturel, on cherche à maximiser la production non par des méthodes destructrices ou intrusives, mais par des techniques qui travaillent dans le sens des la nature, plutôt que contre elle.

 

Voici alors quelques conseils pour augmenter vos récoltes, sans faire usage de techniques antinaturelles ou dangereuses.

Utilisez la verticalité

 

Beaucoup de plantes peuvent pousser à la verticale, ce qui libère de la place au sol pour le jardinier. C’est un conseil particulièrement utile pour ceux qui ne disposent pas de beaucoup d’espace.

 

En installant des treillis, des poteaux, en utilisant des clôtures pour faire grimper certaines plantes, non seulement vous augmenterez leur nombre sur votre parcelle mais vous pourriez également observer d’autres bénéfices, comme une protection des petits plants plus fragiles contre le vent ou un soleil excessif.

 

Vous pouvez même, en faisant grimper des plantes le long des murs de votre maison, aider à réguler la température de celle-ci, en absorbant les rayons du soleil d’été ou en bloquant les vents d’hiver. De belles économies sur votre facture énergétique !

Les espèces qui s’adaptent bien à une culture verticale comprennent certaines variétés de tomates, de pois, de haricots, de concombres, de courges ou de melons. Les fruits de ces deux dernières espèces peuvent être lourds mais il est inutile de mettre un support renforcé pour autant, la plante développera des tiges assez solides pour les supporter, même si elle pousse sur un treillis ou un poteau fin.

Cultures intercalaires

 

Une culture intercalaire est une technique qui consiste à faire pousser sur le même espace et en même temps deux ou plusieurs cultures différentes.

 

Cela permet d’augmenter la production, en optimisant l’espace, soit car les deux cultures ne mûrissent pas en même temps, soit parce qu’elles ne se gênent pas pour leur croissance.

 

Certaines combinaisons de plantes apportent même d’autres bénéfices, en se soutenant mutuellement. Par exemple, l’association classique des «  trois sœurs » - maîs, haricot, courge – qui grandissent tous mieux en compagnie des autres : le maïs sert de tuteur au haricot tout en abritant les courges du vent, ces dernières couvrant le sol, limitant la pression des adventices.

 

Les cultures intercalaires peuvent également fournir plus de nutriments au sol, comme des légumineuses plantées sous des arbres fruitiers, ou repousser les insectes ravageurs, comme tomate et choux, la première repoussant les larves de la teigne des crucifères, qui peut décimer les cultures de choux.

Allongez la saison

 

Même si les permaculteurs essayent de cultiver en accord avec les rythmes de la nature, quelques astuces simples peuvent permettre de prolonger légèrement la saison de culture au-delà de ce que le climat local peut normalement permettre.

Par exemple, utiliser une serre pour commencer les semis avant la fin des gelées d’hiver leur donne un coup d’avance lorsque vous les planterez au printemps. Vous pourrez ainsi les récolter plus tôt et augmenter votre production en planifiant correctement la succession des légumes suivants.

Vous pouvez également utiliser des voilages pour protéger vos cultures des premiers froids hivernaux, et ainsi allonger votre saison de quelques semaines en automne.

Privilégiez les variétés locales

 

Les espèces locales sont les plus adaptées à votre climat et aux sols de votre région. Elles ont coévolué avec la faune locale depuis des siècles et ont tissé avec elle des relations bénéfiques.

 

Elles sont donc celles qui ont le plus de chance de survivre et de s’épanouir pleinement dans votre jardin, en vous gratifiant de récoltes abondantes.

Buttes de terre

 

Beaucoup de permaculteurs ont conscience qu’en augmentant les bordures de leurs plate-bande – en concevant une plate-bande en trou de serrure par exemple – ils augmentent la surface cultivable de leur parcelle.

 

Mais tous n'ont pas conscience que cela s’applique également à la hauteur de leur plate-bande.

 

Plutôt que de cultiver une surface plane, élevez votre sol de manière à ce que cela forme un arc. Vous augmenterez ainsi la surface disponible pour planter.

Améliorez votre sol

 

Sans aucun doute l’action la plus importante que peut faire un jardinier pour augmenter ses récoltes est d’améliorer la qualité de son sol.

 

En ajoutant beaucoup de matière organique à la surface, en s’assurant que le sol est bien aéré et que l’humidité ne stagne pas mais ne fuit pas non plus trop vite vers les profondeurs, les plantes auront accès très facilement à tous les nutriments et à l’humidité dont elles ont besoin pour s’épanouir et produire des récoltes abondantes.

 

Un sol en bonne santé pourra aussi accueillir plus de plants, ce qui facilitera d’autres techniques comme les cultures verticales ou intercalaires.

Récoltez tôt

 

Beaucoup de légumes peuvent être récoltés avant d’être techniquement matures.

 

Les carottes, les pois, les haricots, le brocoli ou les épinards peuvent être récoltés jeunes et fournir malgré cela des récoltes savoureuses et nourrissantes.

 

Et le plus beau, c’est que beaucoup de ces espèces donneront une seconde récolte si vous les coupez tôt. Par exemple si vous coupez la tête principale du brocoli assez tôt, il fera une ou deux repousses qui vous donneront un ou deux brocolis plus tard dans la saison.

Inscription Newsletter

Ne ratez plus aucun article ni aucune activité !

Suivez nous sur facebook !

  • Facebook Social Icon

© 2020 Le Jardin des Happycuriens